Ultime ronde de bacs 2009 : mutations à l’horizon…


Ça y est. Mes pires craintes ont été confirmées ce matin. Craintes, je dois le préciser, qui se limitent au sort des promotions de milles aériens dans les contenants de jus Tropicana. Comme les actions en Bourse en 2009, leur cours s’est effondré dramatiquement au cours des dernières semaines.

Comme celui de la Bourse, le cours des milles aériens de recyclage s'est effondré en 2009

Ainsi, ma ronde de bacs verts d’une heure en ce mardi matin glacial de fin décembre n’a ajouté que 135 petits milles dans le compte Optez pour plus de «Complice» – pour des raisons évidentes, je n’indiquerai ni son nom et encore moins son sexe -.«Complice», donc, a accepté de me prêter son identité pour ouvrir un nouveau compte Aéroplan dans lequel déverser les fruits de mes récoltes de milles aériens de recyclage après que les enquêteurs de Optez pour plus eurent décrété unitaléralement que j’étais interdite de séjour dans le site internet de leur machine de marketing. «Complice» – alias de moi – a à ce jour près de 4500 milles en banque. Pas mal, tout de même, mais au prix de quels efforts!

C’est que l’introduction des sacs bleus, qui emprisonnent les matières recyclables,  combinée à la décision des penseurs de cette opération marketing frauduleusement rebaptisée Optez pour PLUS ont mis fin aux rondes couronnées de l’addition de 400 milles aériens et plus des premiers mois de 2009. Et au surplus, en cette ultime ronde de 2009, je me suis heurtée à ça!

Non, il n'y a pas 18 milles aériens sur ce contenant. Il y a 18 oranges...

Après quelques instants de découragement – et de colère -, j’ai repris ma quête, plus déterminée que jamais. En me rappelant que je pourrai encore compter sur les bonnes habitudes alimentaires de mes voisins du Vieux-Rosemont pour m’envoler encore en 2010. En comptant, entre autres, sur leur consommation de deux produits appelés «vie» et «nature» dont le cours,  jusqu’à maintenant du moins, sont les «blue chips» de ce programme de fidélisation.

1er novembre 2009 – Odeurs berlinoises à Montréal

Premier jour du mois des morts dans le calendrier catholique. Jour d’élections municipales à Montréal. Jour de longue marche avec Saku, entre Outremont et Rosemont. Jour au petit matin gris, enveloppé d’une léger brouillard qui, dans le climat de la métropole du Québec, annonce le soleil. Ou était-ce du smog? Peut-être. Sans doute même que c’était plus la polllution de l’air qui m’a soudain fait penser que : «Aujourd’hui, à Montréal, quelque chose va mourir. ». L’air malsain, oui, c’est ça qui m’a inspiré cette réflexion. Et les odeurs âcres, mélange de gaz d’échappement des autos et de pisse sous le viaduc de la rue Saint-Laurent, entre Van Horne et Beaubien, qui m’ont transporté dans les zones bétonnées des vieux quartiers ouvriers des villes européennes. Et à la sortie du viaduc, j’ai eu la preuve que j’avais senti juste. J’ai vu le Mur. «Nous sommes à Berlin Saku!». Mon chien urbain aussi avait flairé l’ailleurs, à quelques pas de marche de notre quartier. «Berlin?». «Oui, Saku. Berlin.»

Sortie du viaduc St-Laurent/Van Horne, vu de l'EST.

À Montréal, la rue Saint-Laurent marque le départ de l’est et de l’ouest dans les numéros civiques, comme dans la culture urbaine. C’est la frontière psychologique qui marque le passage des anciens quartiers ouvriers montréalais à une certaine richesse outremontoise puis à la richesse certaine des Westmount and Town of Mount-Royal de l’île. Non pas que ces royaumes de l’ouest soient exempts de misère. Mais la misère y est tout autre. Elle a le ventre et le porte-feuille garnis. Et du beau linge.

Le mur bétonné du viaduc Van Horne, sur Saint-Laurent, quand on le voit depuis l’Est, offre au regard quelques grifonnages monochromes et de vieilles affiches illisiblles, comme la face Est du Mur jadis. Et ces odeurs âcres qui prennent à la gorge. Et cette impression de délâbrement – d’abandon même de la part des pouvoirs publics – des infrastructures des anciens quartiers ouvriers des vieilles villes européennes.

Et j’ai dit tout haut ce que je méditais en silence depuis mon entrée sous le tunnel. «Aujourd’hui, Saku, quelque chose va mourir»

***

Et puis, je me suis prise à observer le mur bétonné du viaduc Van Horne, rue Saint-Laurent, quand on l’examine depuis l’Ouest. Malgré le brouillard – ou plutôt le smog et l’air malsain -, il affichait ce matin-là ses couleurs douces captant l’arrivée lente du soleil.

En regardant ces graffitis joyeux sur la face du viaduc donnant vers l’Est – donc déposés depuis l’Ouest – quelques mots se sont ajoutés à mon intuition matinale, en ce premier jour du mois des morts dans le calendrier catholique et en ce jour des élections municipales à Montréal. «Aujourd’hui, Saku, quelque chose va mourir. Et quelque chose va naître», que j’ai dit à mon chien urbain. «Quoi?», m’a-t-il demandé avec insistance en me toisant directement dans les yeux. «Je n’en ai aucune espèce d’idée», que je lui ai répondu avant de poursuivre notre marche en direction Est, vers Rosemont.

-30-

PS. Pendant mon passage au Devoir, j’ai commis un article sur le segment du Mur de Berlin offert à la Ville de Montréal à l’occasion de son 350e anniversaire, en 1992. Il était accompagné par cette photo, signée Jacques Grenier.

Pan entier du Mur de Berlin, Centre de commerce mondial, Montréal. Photo : Jacques Grenier, du Devoir.

Et voici le texte publié sous ma signature le 26 juillet 2008.

Tout un pan de l’histoire dans un pan de mur

Tremblay, Jacinthe

Pour son 350e anniversaire en 1992, Montréal a hérité du plus gros et du plus intéressant segment du mur de Berlin, dont les fragments ont été offerts aux villes du monde par la capitale allemande réunifiée. Même si son observation dure seulement quelques minutes, la puissance d’évocation de ce segment, elle, reste dans la mémoire longtemps.

De l’allure de l’objet lui-même, il vaut mieux écrire peu de chose. Ce serait l’équivalent de révéler le punch d’un court métrage. Disons simplement que cette visite nous entraîne à la frontière entre Berlin-Ouest et Berlin-Est d’avant le 9 novembre 1989 et que c’est en faisant le tour du mastodonte lentement que l’on peut parvenir à l’imaginer.

Pour ce retour «vers un futur» qu’on ne souhaite à personne, il faut se rendre rue Saint-Pierre, dans le Vieux-Montréal, et franchir la porte d’entrée du Centre de commerce mondial située en haut de la pente entre Saint-Antoine et Saint-Jacques. Ce qui se dresse devant nous n’est pas le résultat d’un coup de colère d’un gang de rue mais l’oeuvre de graffitistes ouest-allemands.

Qu’est-ce que le mur de Berlin?

Il est de tradition, lors des anniversaires importants d’une ville, que ses homologues lui offrent des cadeaux. Il s’agit généralement de toiles ou d’oeuvres d’art public créées par des artistes éminents de la communauté donatrice. Généralement, la ville héritière connaît à l’avance le contenu du don et ce qu’elle aura à faire pour le mettre en valeur. Ça ne s’est pas passé comme ça avec Berlin.

En 1991, le premier magistrat de Berlin en a fait un cadeau-surprise à la Ville de Montréal. Le présent lui-même est arrivé à destination comme une tonne de brique, plus précisément comme deux tonnes et demie métriques de béton armé livrées par bateau dans un énorme caisson. La métropole pouvait ainsi se targuer de supplanter sa rivale canadienne au chapitre de la taille du don: la Ville de Toronto en a reçu un modeste morceau qu’elle a enrobé dans une oeuvre d’art public bien en vue au Nathan Phillip Square, devant son hôtel de ville. À Montréal, il a fallu trois ans pour trouver un endroit pour mettre en valeur la «chose». C’est que plusieurs questions artistico-politico-logistiques devaient d’abord être résolues.

Le mur de Berlin est-il une oeuvre d’art? Non. Les musées montréalais n’en ont pas voulu. Est-il un artefact historique? Oui, et de classe mondiale pour un établissement consacré à la mémoire des civilisations. Ottawa et Québec en ont un, pas Montréal. Le Mur est-il une oeuvre d’art public? Il en a toutes les apparences. La piste visant à l’exposer dehors a donc été explorée avant d’être rejetée pour trois raisons. Sans enrobage protecteur, le fragment du Mur risquait de devenir la proie des vandales et des collectionneurs. Enveloppé d’un matériau transparent, il perdait en impact. Dernière considération et non la moindre: il était périlleux de le localiser sans soulever de controverse dans la ville. Imaginez le mur de Berlin dans l’axe Nord-Sud, sur le boulevard Saint-Laurent, par exemple…

C’est une offre de la Société de promotion du Centre de commerce mondial, en 1994, qui a permis de résoudre la quasi-quadrature du cercle. Le fragment du mur de Berlin serait le bienvenu dans le passage piétonnier des édifices qui occupent le quadrilatère compris entre les rues Saint-Pierre, Saint-Jacques, McGill et Saint-Antoine. Ce lieu lumineux est le prolongement de ce qui était la ruelle longeant les fortifications de Montréal, érigées à compter de 1714. Cet autre mur a été démoli en 1801 afin de relier sans entrave la vieille ville aux nouveaux quartiers de la métropole en plein essor. Ce lieu hautement symbolique a un vilain défaut: il est demeuré pratiquement confidentiel.

«Ce morceau de mur est couteau qui fendait un coeur en deux.» C’est ainsi que débute le touchant poème de l’auteur allemand Fritz Grasshof affiché du côté est du Mur et qui fait partie intégrante du cadeau berlinois. Pour prolonger la visite, prenez-le en note pour le mémoriser. Prenez aussi le temps de lire lentement les panneaux d’interprétation situés du côté République démocratique allemande du Mur. Ils nous apprennent entre autres que 78 personnes – au moins – sont mortes en tentant de le franchir. Prenez le temps d’imaginer 170 kilomètres de cette grisaille où n’apparaissent que des numéros noirs et ocres. Et allez voir de l’autre côté du segment les taches orange, turquoise et bleues lancées sur le béton comme autant d’hymnes à la vie par de jeunes Allemands de l’Ouest qui ont fait du Mur la plus grande murale du monde. À l’Ouest, ces graffitis laissaient déjà présager sa chute. «Ce morceau de béton est message: la liberté d’un peuple est indivisible», conclut le poète Grasshof. À l’Est, autrement, il est aussi tombé avant qu’il ne tombe.

***

À voir en complément: le film La Vie des autres (2007), du réalisateur Florian Henckel von Donnersmonck, Oscar du meilleur film en langue étrangère.

-30-

Saku. le chien-enquêteur, fait un pari et gagne

Désolée, la marche autour de l’ancienne Miron a été reportée, pour cause de tombée et de courses de fin de semaine… Saku et moi avons donc fait le tour des alentours ces derniers-jours.

Mardi, en approchant du chantier de la 9e avenue que nous visitions dans nos deux récents billets, Saku s’est arrêté. Il a longuement regardé la rue remplie de No Parking, l’homme au travail sur la pancarte et la rue au sol recouvert de concassé. Et il a fait cette prédiction : «Les travaux vont reprendre demain». Je lui ai demandé ce qui lui permettait de jouer les devins. «Les élections municipales sont dimanche. Donc, les travaux vont reprendre demain, juste à temps pour que les gens voient une belle rue neuve en allant voter.»

Ce chien urbain ne lit peut-être pas les nouvelles et n’a aucune espèce d’idée de l’ampleur de ce qu’on y apprend ces jours-ci sur l’industrie de la construction et ses amis en hauts et bas lieux mais chose certaine, il a du flair!

Hier, les camions ont commencé à arriver sur la 9e. Voyez ça comme c’est beau!

9e avenue, 4 jours avant le jour J«Je l’avais dit que les travaux reprendraient. Je te le dis, ils seront finis avant dimanche», m’a nargué Saku. «OK, OK. Mais moi je te dis qu’ils ne seront pas tout à fait finis. Tiens, regardes ça»

On reviendra l'an prochain?

On reviendra l'année prochaine?

Ce soir, à deux jours de l’élection municipale donc, j’abdique : Saku, mon chien enquêteur, avait vu juste. Ça bourdonnait de camions et ça sentait le goudron sur la 9e, pas à peu près.

9e3joursélection

Pavage de la 9e : on ne lésine pas sur l'overtime.

Avant d’arriver sur Masson, Saku s’est encore une fois arrêté. Il m’a montré un gros camion. «Tu ne m’avais pas dit que c’était Infrabec qui avait eu ce contrat? C’est pas le même signe et les mêmes couleurs sur ce gros-là. Vert et jaune, c’est pas mal. Et ces grosses lettres là, ça fesse! Mais j’aime mieux quand c’est rouge et blanc, avec la p’tite pizza.»

9esimardbeaudryOn a terminé notre ronde en allant voir dans la ruelle entre la 9e et la 8e. Elle était pleine de décorations d’Halloween l’an dernier. C’est curieux, il n’y a rien du tout cette année. C’est triste.  Comme le temps qu’on annonce pour la journée des élections municipales à Montréal. Mais au moins, on verra de la belle asphalte en allant voter.

Saku, le marcheur-enquêteur, piste un drôle d’animal…

Et puis, ces recherches sur Infrabec, l’entrepreneur des travaux de la 9e avenue, ça avance? m’a demandé Saku hier au départ de notre marche matinale dans le Vieux-Rosemont. T’inquiètes pas Saku, ça avance. Mais j’ai autre chose à faire ces temps-ci que de raconter mes démarches. Mais ça viendra, crains pas. En attendant, je peux te dire que même les grands médias s’intéressent au contracteur des travaux de la 9e avenue! Il y a eu un reportage à Radio-Canada qui parlait de lui. Tu peux le regarder ici.

Saku sait parfois être patient. Nous sommes donc partis pour la marche. Aux abords du chantier de la 9e, nous avons vu qu’Infrabec ne lésinait pas sur le NO PARKING!

Homme au travail : no parking, 9e avenue, Rosemont, 22 octobre 2009. Photo de cellulaire, excusez-là!

Homme au travail : no parking, 9e avenue, Rosemont, 22 octobre 2009. Photo de cellulaire, excusez-là!

Comme nous n’avions pas l’intention de stationner et que nous étions visiblement de la circulation locale, nous avons décidé d’aller observer  l’évolution du chantier. Premiers constats : le pavage est en attente ( de gel, de neige ou de pluie abondante?) et le seul homme au travail est celui de la pancarte. Mais ça avance: les trous béants dans les trottoirs ont été bouchés par du ciment en processus de séchage. Il y a donc de l’espoir pour les riverains. Quoique…

Danger! On n'est jamais trop prudent dans les conseils aux passants.

Danger! On n'est jamais trop prudent dans les conseils aux passants.

Saku, lui, a été attiré par les sacs de détritus qui s’accumulent dans les crevasses entre le futur pavage et le nouveau trottoir. Il ne s’est pas arrêté longtemps à cet endroit. J’en ai conclu qu’il n’y avait rien d’intéressant à se mettre sous la dent. Mais quelques mètres plus tard, il a repris son travail de marcheur-enquêteur et s’est arrêté là.

Oups! Un oubli dans la réfection du trottoir : des camions de béton devront repasser par ici.

Oups! Un oubli dans la réfection du trottoir : des camions de béton devront repasser par ici.

Saku n’était pas au bout de ses observations de la curieuse façon de notre contracteur d’assurer la sécurité des riverains.

J'espère que celui-là a une sortie par la ruelle, a dit Saku

J'espère que celui-là a une sortie par la ruelle, a dit Saku

Notre marche sur le segment de la 9e avenue en «construction» depuis la fin de juillet 2009 – donc depuis trois mois – allait bientôt prendre fin quand Saku a porté à mon attention ce panneau.

Faut-il vraiment indiquer aux automobilistes qu'ils ne peuvent emprunter un sens unique à l'envers pendant des travaux? m'a demandé Saku.

Faut-il vraiment indiquer aux automobilistes qu'ils ne peuvent emprunter un sens unique à l'envers pendant des travaux? m'a demandé Saku.

J’ai récapitulé les conseils de notre contracteur pour Saku :

– il ne faut pas se stationner sur la 9e avenue quand des pépines sont à l’oeuvre et que la rue est en attente de pavage.

–  il est dangereux de marcher sur les trottoirs en attente de séchage

– dans les travaux de voirie, des oublis sont toujours possibles. Ça confirme le proverbe : Cent fois sur le métier, remettons notre ouvrage, en plus de faire rouler l’économie.

Et, surtout, surtout :

– Il est interdit d’emprunter un sens unique à contre-sens pendant des travaux parce que  la rue est barrée!

***

Nous avons poursuivi notre marche lentement. Saku et moi étions songeurs. En entrant à la maison, mon chien urbain m’a fait cette remarque. «S’il n’était pas mort, je te dirais que ce n’est pas Infrabec qui fait ces travaux mais que c’est Marcel Béliveau qui prépare une nouvelle série des Insolences d’une caméra. Qu’en dis-tu?»

»Saku, un bon enquêteur ne doit écarter aucune piste. Mais dans ce cas, je ne crois pas qu’on prépare une série humorisitique à Montréal ces jours-ci. Il vaut peut-être mieux en rire, tu as raison. Mais comme le disait la défunte revue Croc : c’est pas parce qu’on rit que c’est drôle», que je lui ai répondu.

J’ai ensuite fait une promesse à Saku. «Demain, nous irons marcher autour de l’ancienne Carrière Miron. Et tu comprendras un petit peu plus que ce que tu vois depuis notre retour de Terre-Neuve quand nous nous promenons sur le 9e avenue et dans les alentours a des conséquences étonnantes qui ne sont pas drôles du tout!»

En route vers le Moulin à paroles, sur le ROCK des Plaines d’Abraham

Je suis de retour sur terre. C’est ainsi que les gens souvent parlent de leur retour à la maison, après un voyage. Pas moi. J’étais sur la Terre. D’autant plus que j’étais sur le Rocher. The ROCK. Des roches à perte de vue. En fait, j’étais et je suis toujours sur la Terre. Profondément consciente du sol sur lequel je marche. Aujourd’hui sur les trottoirs bétonnés du Vieux-Rosemont. Et demain – pour vrai, demain – sur les Plaines d’Abraham. En foulant des pneus de mon auto le bitume de la 20, entre Montréal et Québec et puis, en empruntant le boulevard Champlain, au bord des grandes eaux du Saint-Laurent et des autres…

Quai des flots. Photo : CCNQ Jonathan Robert (tous droits réservés mais disponible sur Flicker...)

Quai des flots. Photo : CCNQ Jonathan Robert (tous droits réservés mais disponible sur Flicker...)

Je n’ai pas vraiment quitté Terre-Neuve, même si j’ai retrouvé avec  bonheur le confort de mon foyer, à Montréal. Et je ne quitterai pas vraiment Rosemont  en allant à Québec pour écouter et pour voir le Moulin à Paroles. Pour écouter, je l’espère, des textes qui permettront de comprendre  d’où nous venons et ce que nous sommes devenus – dans ce cas ci les Québécois -,  avant et après le Manifeste du FLQ. Les quelques minutes annoncées de lecture de ce texte ont, depuis deux semaines, occupé tellement d’espace médiatique, à l’écrit et à l’électronique, que le risque est grand que le sens – et les travers –  de cet événement se perdent dans les Une et les manchettes qui suivront.

On verra si nous vaincrons. Nous? Ceux et celles, d’où qu’ils ou elles soient et vivent – qui cherchent une Terre meilleure, et qui la cherchent  au-delà des chapelles, des idéologies, des fédéralismes et des nationalismes. Cette Terre, c’est, au fond, ma seule destination. À Terre-Neuve, dans la Vallée de la Mort, à Montréal, à Québec et certainement bientôt ailleurs. Ou ici? Nous sommes toujours ici. Et demain, ici, pour moi, ce sera Québec. Je raconterai.

ps. je reviendrai à Terre-Neuve bientôt. Je prépare un festival en différé. « Fiddle, Fiddler, Fidler» et autres F tels Fog, Folk  et Femme. Avant de mettre le cap sur Montréal et ailleurs sur Terre.

Improvisation mixte. Thème : Vic Vogel. Lieu : Tilting. Catégorie : humour

Je revenais d’une marche sur la Turpin’s Trail de Tilting quand j’ai croisé cet homme.

George, rencontré à Tilting, a été le batteur du Vic Vogel Big Band de Montréal pendant six ans. Photo : Jacinthe Tremblay

George, rencontré à Tilting, a été le batteur du Vic Vogel Big Band de Montréal pendant six ans. Photo : Jacinthe Tremblay

Je lui ai demandé où était le point de départ officiel de la Turpin’s Trail. Il m’a montré une pancarte à quelques mètres d’où nous étions ainsi que l’endroit précis d’où je venais d’arriver. Ma question était stupide! Un sentier de marche de plusieurs kilomètres le long des côtes de Fogo, on le prend à partir de n’importe où!

Lui, était plutôt intéressé à savoir d’où je venais. Sur la planète s’entend. Quand je lui ai dit Montréal, il m’a demandé dans quel quartier j’habitais. Rosemont! Si j’étais resté plus longtemps à Montréal, j’aurais peut-être habité dans ce coinm même si j’aime plus le Plateau, qu’il a tout de suite enchaîné. J’avais, à l’évidence, affaire à un connaisseur. Au point où je me suis demandée si je n’avais pas affaire, tout bêtement, à un Montréalais. Oui et non.

George, c’est son nom, vit en Nouvelle-Écosse. Il est marié à une native de Tilting, d’où sa présence à une des entrées possible de la Turpin’s Trail. George connaît Montréal parce qu’il a étudié en musique à McGill. Il a  habité à Notre-Dame-de-Gräces (NDG). Je lui ai dit que si j’avais plus d’argent, j’aimerais bien habiter dans NDG.

George a aussi fait de la musique à Montréal. Chez Biddle’s, entre autres. Et, pendant six ans, il a répété tous les lundis soirs dans le sous-sol de l’ex Grand café, rue Saint-Denis, avec la joyeuse bande du Big Band de Vic Vogel. Des années de plaisir! Et quelques bonnes anecdotes sur le grand personnage qu’est Vic Vogel.

Comme cette fois où une spectatrice qui faisait des spectacles XXX dans le Village est venu à un show avec son tigre. La bête en question est montée sur scène et s’est installée au pied de la batterie de George. Vic n’a pas aimé cette intrusion. «Il a arrêté la pièce, s’est dirigé vers le tigre et lui a lancé, en lui donnant des coups de pied : Get out of here! Tous les musiciens étaient terrorisés, croyant assister en direct à la mort imminente de Vic. Et bien non, le tigre a quitté la scène. Il s’est plié, comme nous d’ailleurs, aux ordres de Vic», s’est rappelé George.

George m’a raconté cette histoire en anglais, s’excusant de ne plus se souvenir du français, qu’il s’est efforcé d’apprendre pendant son séjour à Montréal. Et il y est allé d’une autre anecdote. «Nous avions l’habitude, après les répétitions, d’aller boire quelques bières sur la rue Saint-Denis. Dans un des cafés, le barman demandait toujours si je voulais une pression (pour draft). Un soir, voulant montrer que j’étais un Anglo plein de bonne volonté, je me suis dirigé au bar et j’ai dit : Je veux un pompier. Le barman m’a regardé dans les yeux et m’a dit : que voulez-vous? Et j’ai répété : Je veux un pompier. Le gars m’a alors dit : Monsieur, si vous voulez un pompier, vous n’êtes pas dans le bon bar.»

Sur ce, George a montré la direction de l’une des entrées de la Turpin’s Trail et m’a lancé : Heureux de t’avoir rencontré. Tu salueras Vic si tu le rencontres. Maintenant, c’est l’heure d’aller boire un pompier.».

rencontre de George à Tilting le  29 juillet 2009 écrite le 1er août à Trinity, Terre-Neuve, au son des cris de CORBEAUX.

Vers 10 000 milles et garder le cap

Je vous le «donne en milles».

Le mardi 27 janvier 2009, j’ai récolté 235 milles Aéroplan pendant un petit 30 minutes de marche du chien urbain et de sa maîtresse dans un minuscule quadrilataire du Vieux-Rosemont – de la 9e avenue à la 7e, entre Holt et Masson.  Le chien a rapidement compris que c’était jour Aéroplan : il a trottiné lentement, flairant comme c’est son habitude depuis avril 2007 les contenants de jus et les miettes de céréales. Le fond de l’air était doux. Le soleil s’est pointé. Ronde agréable, donc.

Décompte partiel : ma banque Aéroplan de http://www.stationdejeuner.com affiche 9115 milles. Et j’ai encore sept NIP de 10 milles à entrer (interdit d’entrer plus de 10 NIP par jour). Demain donc, elle sera à 9125 milles. Je suis donc résolument en route vers des 10 000 milles!

***

10 000 milles! Y a de quoi rêver, penseront certains. Ce sont des rêveurs justement. Car avec 10 000 milles, qu’est-il possible d’espérer recevoir en prime d’Aéroplan? J’ai fait une rapide recherche dont je vous livre le résultat stupéfiant : la formidable machine de marketing d’Aéroplan, une société inscrite en Bourse, nous propose un livre de recettes du chef trois étoiles Gordon Ramsay! Livré, comme il est précisé, dans un délai variant entre 4 et six semaines.

Gordon Ramsay Three-Star Chef Cookbook

Gordon Ramsay’s no-holds-barred television persona has garnered widespread attention, but behind the celebrity staging, his food continues to be his greatest achievement. His inspiring passion for fresh ingredients is on full display in this collection of 50 classic Ramsay recipes. Describing both the restaurant methods for preparation, along with a down-to-earth guide to recreating the dishes at home, this beautifully photographed book lets you in on the secrets of Ramsay’s culinary arts. 224 pages. Available in English only.

Delivery

Please allow 4-6 weeks for delivery. This reward can only be shipped to a civic address in Canada; it can not be shipped to a PO Box or any address outside of Canada.

***

Des centaines d’heures à se lever au petit matin, bravant le froid intense des hivers de Montréal et la chaleur torride  de ses étés pour un livre de recettes de Gordon Ramesay? La question mérite examen.

Bon. L’Homme n’est pas n’importe quel chef. Il est Londonien. Il a un site Internet qui explique en détail ses réalisations EXCEPTIONNELLES. Impossible d’y trouver une seule recette. Pour connaître l’ampleur de son talent – et tenter de se mettre aux fourneaux pour l’imiter -, il faut ACHETER un de ses livres de recettes dans la section boutique en ligne du site ou ÉCHANGER 10 000 MILLES AÉROPLAN et le recevoir alors GRATUITEMENT.

N’empêche. Céder à cet appel, si loin et si près de l’objectif des 25 000 millles serait une trahison de la communauté grandissante des collaborateurs et des collaboratrices enthousiastes du projet  Terre-Neuve 2009.  Ce serait, pire encore, tomber dans le piège à con des experts en marketing des entreprises cotées en bourse qui ont concocté les stationdejeuner et autres programmes de fidélisation du genre.

ILS NE M’AURONT PAS! Je garde le cap sur 25 000 milles accumulés par des NIP de 10 et 25 milles accumulés patiemment en les cueillant sur les trottoirs.  Je garde le cap sur l’échange de ces milles contre une prime qui aura un sens, à défaut d’avoir de la valeur – au sens monétaire s’entend.

***

Depuis le lancement de ce carnet, certains m’ont, en privé, fait part de leur opposition de principe à la participation à tous les programmes de fidélisation.  Ils ont des attrape-nigauds, des monuments à l’hyperconsommation. Ces critiques des dérives de la pub et du marketing ont raison! Cap vers 25 000, pour ceux qui en douteraient encore, est dans mon esprit un pied-de-nez à ces trucs et astuces.

Pour accumuler ces 25 000 milles en ACHETANT des produits Tropicana, il faudrait décaisser au moins 10 000 dollars et boire environ 5 000 litres de jus!  Ridicule et impossible quête. Par contre, à chaque 10 milles que j’ajoute après l’avoir ramassé dans la rue, j’ai le sentiment de plus en plus intense de déjouer, à ma manière, les machine d’illusions comme le programme Aéroplan.

***

Quelqu’un connaît Gordon Ramsay et a mis la main sur une de ses recettes? Prière de partager votre richesse en utilisant la fonction commentaireCe sera une autre façon de