Pourquoi pas

Le printemps dernier, j’ai gagné un prix cher à mon coeur : un Arts and Letters Award remis par le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador pour un texte en français. Aujourd’hui, dans la canicule montréalaise qui a, on le sait maintenant, précédé un violent orage, j’ai glissé à une amie de longue date avoir reçu cet reconnaissance de la légitimité de mon désir d’écrire autrement. Le voici.

Pourquoi pas

Elle avait peut-être six ans. Ce jour-là, la lumière était douce dans les montagnes de sa vallée. Côté est. Et, à l’Est, justement, il s’était produit un événement très important, avait dit la maîtresse d’école. Là-bas, très loin à l’est, une nouvelle province s’était ajoutée à son pays, quelques années avant sa naissance.

Elle ne se souvient plus de la couleur de cette province, sur la grande carte aux teintes pastel affichée sur les murs de la classe. Elle ne sait plus très bien si on lui avait dit que c’est une île immense. Elle se rappelle seulement avoir appris qu’il y a pas très loin de ses rivages, des grands bancs de poisson. Des bancs? Pour s’asseoir? Non. Des bancs, formés par des milliers, des millions de poissons, peut-être. De morues énormes, surtout.
Elle avait alors imaginé que bien loin à l’Est, des millions de menés géants tournant en rond, en rangs serrés, en silence.

De l’île elle-même, elle croit qu’on ne lui a rien dit. Lire la suite

En rappel : Confusion urbaine sur les corneilles et les corbeaux

De retour dans ce carnet après un silence de plus d’un an, j’ai constaté avec un certain étonnement qu’il avait été consulté plus de 3 000 fois au cours des derniers mois, malgré son absence de nouveautés. Je m’y remets donc, promis. Pour relancer ce qui demeurera Correspondances insulaires, j’ai choisi, avec une certaine paresse, de diffuser à nouveau l’article le plus lu depuis sa création. Merci aux corneilles et aux corbeaux pour leur force d’attraction.

Sur ce, voici donc à nouveau : Confusion urbaine sur les corneilles et les corbeaux

Ça, c'est une corneille.

Ça, c'est une corneille.

Il y a quelques jours, pendant un passage matinal à l’enclos canin du Parc Lafond, un son strident s’est élevé au-dessus des têtes des maîtres et maîtresses de chiens urbains rassemblés sous un arbre pour échapper à la pluie. «Regardez, c’est un corbeau!», a lancé une dame. Je n’ai pu résister à la corriger en l’informant que l’oiseau noir en question était une corneille.

J’avais, en plus, trois bonnes raisons d’affirmer une telle chose avec aplomb. Lire la suite

Titanic, coupures du gouvernement Harper et Forum Atlantique branché

Il y aura 100 ans dans deux jours, les premiers signaux de détresse du Titanic étaient captés à Cape Race, à l’extrémité nord-est de l’île de Terre-Neuve. Le navire avait frappé un iceberg à plus de 200 milles marins de ses côtes mais grâce à la technologie sans fil, et à la présence de corps et d’esprit d’être humains connaissant la mer, les premiers secours pouvaient être déclenchés.

Il y aura, dans deux jours, commémorations à Cape Race. J’en serai. Mais je ne peux m’empêcher de penser que nous assistons actuellement à un autre très grand naufrage : celui d’un État soucieux du bien commun, en contact avec le monde et protégeant comme la prunelle de ses yeux les droits de ses citoyens.

Et qui, au surplus, s’affaire à réduire à néant l’émission de signaux de détresse, comme les appels à l’espoir de pans entiers de sa population.

Tel est, à mes yeux, le résultat inévitable des coupures dans les budgets d’organismes tels Radio-Canada/CBC, Téléfilm Canada et l’Office national du film (NFB). C’est aussi le résultat inévitable, à moyen sinon à court terme, de la fin du soutien financier au Programme d’accès communautaire à Internet annoncé par Industrie-Canada il y a quelques jours.

« Tout le monde a maintenant Internet », prétend le gouvernement fédéral. FAUX. Dans la péninsule de Port-au-Port, où je séjournais récemment, les locaux du PAC sont, pour de très nombreuses personnes, la seule façon d’accéder à Internet haute vitesse. Et dans certains villages de cette région de la Côte ouest de Terre-Neuve, les téléphones, même les plus intelligents, affichent : réseau non disponible.

Cette coupure a eu moins d’écho dans les médias de la Mainland, ainsi que les Terre-Neuviens désignent le reste du Canada, que les mesures de réduction des effectifs et des budgets des grandes institutions de la culture qui ont leurs sièges sociaux à Toronto ou à Montréal. Mais, je le répète, ses impacts sur les communautés rurales sont dévastateurs.

Les autres coupures du gouvernement conservateur de Stephen Harper dans la province commencent à être connus. Dans cette nouvelle de CBC, on apprend, entre autres, que l’Agence canadienne des services frontaliers perdra son directeur pour la province ainsi que le seul chien entraîné pour détecter les drogues et des armes sur l’immense territoire de l’île de Terre-Neuve et du Labrador, autrement nommé The Big Land .

Personne ne pleurera la perte d’emploi du petit Beagle. Il se trouvera même des gens pour s’en réjouir. Les mêmes, sans doute, qui se sont réjouis de la destruction annoncée du Régistre des armes à feu.

—–

Dans quelques jours, je participerai au Forum Atlantique Branché qui aura lieu à Dieppe, au Nouveau-Brunswick. Un événement intéressant, important et fort pertinent pour les entrepreneurs et les communautés éloignées des métropoles comme Toronto et Montréal.

Dommage qu’au même moment, le gouvernement conservateur de Stephen Harper s’active à débrancher l’Atlantique.

EXCLUSIF : Échange avec Henry Mintzberg sur la planification stratégique et les origines du mot management

Les visiteurs attentifs de ce carnet auront compris que je vis depuis quelque mois à Terre-Neuve et que je suis quelque chose comme une « manager » de niveau, disons, « cadre intermédiaire ». Peu de temps après mon entrée en poste, j’écrivais par courriel à HM ce rapport :

Bonjour Henry,

1- Le gouvernement fédéral a financé un exercice de planification stratégique – 30 000.$ – à « mon » OSBL
2- « Mon » OSBL n’a aucun (ZÉRO) budget de fonctionnement!!!!! – Le gouvernement fédéral ne finance par le fonctionnement des OSBL
3- Une des conclusions de l’exercice de planification stratégique est que mon OSBL doit avoir un financement pour son fonctionnement
4- Comme mon OSBL n’a aucun budget de fonctionnement (seulement de projets) – et que les subventionneurs de projets ne financent pas de salaires.
5- Ma première idée, comme « manager », a été de me congédier.
6- Ma deuxième, comme « manager », a été de me transformer en « femme de ménage » (y en a qui appellent ça la réingénierie des processus).

Pour le reste, tout va bien pour moi on The Rock*!

All the best

J.

* Les visiteurs attentifs de ce carnet savent que Terre-Neuve a comme nickname The Rock – et toutes les photos de Terre-Neuve dans ce carnet en font la preuve.

***

Réponse de HM.

Mais tu sais, J, que le mot management vient du francais, premièrement de diriger des chevaux (par “main”) et deuxièemement de faire le ménage de la maison.

So—happy managing!!

H

***

PS. Aujourd’hui, j’ai fait – au sens propre – du ménage dans des locaux d’un studio de radio à St.Johns. Et lundi, je ferai – au sens propre – du ménage dans les locaux d’un studio de radio à Labrador City. « So-happy managing » disait HM.

They live by the sea. They die by the sea. Et, pour l’éternité, Lockyier will see the sea.

Le voyage d’un livre, et de l’itinéraire des managers, et de ceux qui écrivent sur les managers, c’est aussi des temps de pause. Des moments pour ce que certains appellent « prendre du recul », et que d’autres, HM peut-être?, des moments pour regarder, voir et avancer. Pour « Avancer en arrière », comme le disaient jadis les chauffeurs d’autobus montréalais?

Je ne sais pas pourquoi, mais en prenant une pause, cette fin de semaine, j’ai vu en 3D la preuve que ce n’était pas le dur labeur que détestent et qui tuent les hommes et les femmes. Même que jusque dans la mort, des proches d’hommes et des femmes qui les ont aimés proclament leur amour pour le dur labeur, quand, pour eux, il avait un sens.

Voici , croqué avec un iPhone, à Garden Cove, dans la baie de Placentia, à Terre-Neuve, ce que j’ai vu ce matin. Et ce que Lockyier verra pour l’éternité.

Lockyier. 1894-1973. Garden Cove, NL.

Lockyier voit la mer et les montagnes, pour l'éternité.