Sur les traces d’un cas de Covid à Terre-Neuve – préambule d’un tour du monde


L’élément déclencheur – Le 15 avril 2020, la médecin en chef de l’Alberta, Dre Deena Hinshaw révélait l’existence d’un foyer de propagation de la Covid-19 au site d’exploitation pétrolière Kearl Lake de la compagnie Imperial Oil. Dans les heures qui ont suivi, une femme de la côte ouest de l’île de Terre-Neuve relayait l’information sur sa page Facebook. Message implicite : le virus de Kearl Lake s’en vient ici! Elle voyait juste.

Le 22 avril, la médecin en chef de Terre-Neuve-et-Labrador, la Dre Janice Fitzgerald, annonçait qu’un nouveau cas de Covid-19 dans la province était relié à ce foyer d’éclosion et elle ordonnait à quiconque était de retour dans l’île depuis ce site de contacter immédiatement le 811, la centrale d’appels de la santé. Les jours suivants, 35 personnes de retour de Kearl Lake avaient composé ce numéro. Au dernier décompte rendu public, le 17 juin, ce nid d’infection avait généré « officiellement » plus de 117 cas directs positifs dans cinq provinces, soit l’Alberta, la Colombie-Britannique, la Saskatchewan, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador. Dre Hinshaw retirait alors Kearl Lake de la liste des sources de propagation.

Sur les traces d’un cas de Covid

Par curiosité au départ, et bien sincèrement, pour m’activer intellectuellement entre le ménage, la couture et la cuisine dominant mes journées en isolement, j’ai décidé de suivre les traces de ce cas interprovincial et de me replonger dans des enjeux sociaux sur lesquels j’avais déjà écrit à l’époque où je signais la chronique « Vie au travail » de La Presse.

Au fil de mes recherches, documentaires d’abord, puis d’entrevues avec des gens qui se déplacent à des milliers de kilomètres de la maison pour gagner leur vie et celle de leurs proches ainsi que des chercheur.es préoccupé.es de leur condition, j’allais bientôt faire un long voyage ponctué d’escales et de détours dans plusieurs provinces et territoires du Canada en plus me retrouver, à l’occasion, dans des régions du monde très loin d’ici. Mais j’allais surtout faire le tour d’un monde du travail encore trop méconnue. Par désir de faire oeuvre utile et pour, enfin, concrétiser mon projet de reprendre les publications régulières dans ce carnet, je raconterai ici, à la manière d’un « road trip », mon périple dans l’univers de cette « main-d’oeuvre mobile », ainsi qu’elle est désignée par les chercheur.es et des bouleversements énormes provoqués par la pandémie actuelle pour ces dizaines de milliers de personnes et leurs proches.

Et bientôt un tour du monde

Vous voulez-être du voyage? Les départs auront lieu les lundi, mercredi et vendredi. Aucune réservation n’est requise mais si vous voulez embarquer, la meilleure façon de ne rater aucun segment de l’itinéraire est de vous abonner à ce carnet – voir dans la colonne de droite de la page d’accueil.

Le premier segment, à paraître le 19 juin, vous fera faire l’aller-retour entre un village côtier de Terre-Neuve et le site de Kearl Lake, en Alberta, avant et depuis Covid.

Préparez votre lunch, apportez votre masque et de la lecture : le parcours est long.

Une réflexion sur “Sur les traces d’un cas de Covid à Terre-Neuve – préambule d’un tour du monde

  1. Pingback: Sur les traces d’un cas de Covid à Terre-Neuve – La très longue journée entre le départ et le retour à la maison – Correspondances insulaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s