Conte urbain, janvier 2009. Le chien (de chasse) urbain et les sacs verts


par Jacinthe Tremblay

Depuis les débuts de mes récoltes de milles Aéroplan dans les bacs verts du quartier Rosemont, à Montréal, l’harmonie règne entre mon chien et moi pendant nos rondes des jours de recyclage. Saku trottine doucement à mes côtés sur les trottoirs. Il a appris à pointer son museau en direction des contenants de jus. Et quand je fais un arrêt pour la récolte, il attend patiemment, sans tirer sur sa laisse. Le bonheur!

S’il arrive qu’un propriétaire de chien ou de chat ait mis dans son bac une boîte métallique qui contient encore quelques restes de bouffe humide de chien ou de chat, il le prend, se trimballe fièrement avec son butin dans la gueule et attend l’arrêt suivant pour déguster l’intérieur. Une fois le contenant parfaitement nettoyé, je le remets dans le bac suivant.  Saku contribue à la qualité de la matière recyclable. Un modèle de civisme canin, quoi!

La guerre entre nous se déclare les soirs de vidanges (déchets, détritus, vrais rebuts, etc.). Les sacs verts mal fermés, dont émanent qui, un restant de poulet , un sandwich pas terminé, et, ultime proie, une pizza. Quand les sacs verts sont mal fermés – et encore -, Saku, le Beagle-Jack Russell-Dalmatien, devient un LOUP! Il se rue vers sa proie et la défend museau, crocs et griffes dehors. Ils étaient bien gentils les ancêtres du chien dans la saga des Rachelterre-en-Rouerge de Michel Folco.  N’empêche. Charlemagne, dans Un loup est un loup, allait de catastrophe en catastrophe. Ce fût mon cas le vendredi 9 janvier 2009 quand Saku, profitant d’une porte avant mal fermée, s’est rué sur le sac vert des voisins d’en face pour en tirer TOUTE la viande fraîche et avariée possible.

Je passe tous les détails de ma poursuite qui a durée deux heures avant de lui mettre la main sur le collier. Je me limiterai à dire que trois passants ont voulu appeler la Société protectrice des animaux pour venir le récupérer, que deux voisins ont certainement appelé la police, qu’il a pourchassé trois chats et que je l’ai récupéré avec ruse en le faisant entrer dans la maison d’une  gentille dame inconnue de la rue voisine dont il avait envahi la cour arrière. Pendant ces 120 longues minutes, j’ai juré que je l’apportais dans un refuge dès le lendemain; j’ai pleuré de désespoir en me demandant combien de temps encore je devrais geler dehors le temps qu’il revienne à la raison; j’ai fait à l’avance le dueil de mon fidèle compagnon, si mignon quand même; je me suis demandée si j’aurais un autre chien rapidement et de quelle race; je me suis dit que j’aimerais en avoir un autre, presque pareil – un Terrier – mais que je prendrais chiot pour l’éduquer correctement; j’ai pensé aux pipis dans la maison, aux divans bouffés, aux cinq ou six promenades par jour le temps qu’il soit propre; j’ai appelé un copain avec mon nouveau téléphone portable pour qu’il m’encourage. Il m’a rassuré en riant. Ton chien va se tanner. Il va revenir te trouver. Ça m’a fait du bien. Mais Saku NE SE TANNE JAMAIS. Je l’ai donc eu par la ruse, une compétence dans laquelle la femme demeure encore supérieure au chien.

Nous sommes revenus à la maison. Je l’ai enfermé dans la cage achetée pour son premier vol en avion.  Il a gémi pendant deux heures. Je n’ai pas cédé à son air de Hush Puppy.  Hier, je l’ai remis au Spray Commander, l’équivalent du Taser pour les chiens. Objectif de mon intervention : que n’importe quelle miette de pain laissée par terre le terrorise.  Comme ça, il deviendra un chien parfait. Du moins comme les pouvoirs urbains et plusieurs habitants des grandes villes les aiment.

***

Chien : mammifère (carnivores) issu du loup, dont l’homme a domestiqué et sélectionné par hybridation de nombreuses races. (Extrait de la définition du chien du Petit Robert). Qu’est-ce qu’un restant de poulet pour un chien? De la nourriture. Un morceau de rappel de ses origines. Quand on lutte pour la survie, on ne joue pas dans la dentelle. Qu’est-ce qu’un chat pour le chien de chasse qu’est le Beagle? Une proie à pourchasser au service de son maître. Qu’est-ce qu’une odeur d’animal pour un Jack Russell Terrier? Une possible conquête à trouver à tout prix pour accomplir sa mission : débusquer des petits animaux dans des conduits étroits. Quel est le sens de la fidélité pour un chien de chasse ? Faire sa job, et se rapporter à son maître au moment qu’il juge approprié compte-tenu de sa programmation (sélectionné par hybridation).

Le meilleur ami de l’homme le chien? En ville, c’est à la condition qu’il ne soit plus tout à fait un chien (s’il est sélectionné pour aller à la chasse). Car s’il court dans une ruelle pendant une heure pour pourchasser un chat – qui lui fera le plus grand mal s’il l’attrape -, il contrevient aux règlements.  Il trouble la paix. On appelle donc la police. S’il jappe, on appelle la police. Entraves aux règlements sur le bruit. Les motos qui pétaradent, les autos qui filent à 60 kilomètres dans les rues résidentielles,  les  voisins qui se chicanent en se criant après ou ceux qui tondent leur gazon et qu’on entend dans toute la ruelle, on laisse aller. Après tout, ils ont le droit, ce sont des payeurs de taxes.

«C’est drôle que les gens des villes qui se disent écologistes détestent les chiens. Après tout, ils sont, avec les chats, les principaux représentants de la faune», a observé un jour un propriétaire de chien qui fréquente l’enclos canin du Parc Lafond, à Rosemont. «C’est drôle, comme c’est drôle qu’on empêche les fumeurs d’en allumer une dans le stationnement de l’aire d’arrivée et des départs des taxis de la Gare centrale de trains, à Montréal, où des dizaines d’autos laissent échapper des tonnes de gaz toxiques en permanence, à longueur d’année», que je lui ai répondu.

Ce n’était pas drôle quand Saku s’est transformé en LOUP vendredi dernier. Mais comme ce serait moins drôle encore que je perde mon compagnon de déambulations dans les rues du Vieux-Rosemont et de complice dans des tournées de milles Aéroplan, j’ai pris la résolution d’en faire un bon chien urbain. Répugné par le contenu des sacs verts, indifférent devant les écureuils et les chats et muet comme une carpe quand le facteur dépose le courrier.

Et si je dois m’en départir, j’aurai une difficile décision à prendre. Avoir un chien, ou m’acheter un Teddy Bear.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s